Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 10:19

Yeong-ja's Heydays, de Kim Ho-seon

 

yeongjas heydays

 

Les Carnets roses de Joy Means Sick et Sans Congo, épisode 4

 

Le film a été présenté dans la section classique du FFCP 2012 cette année. Mais pour les retardataires, la KOFA vous le met gracieusement à disposition sur youtube :

 

 


 

 

 

 

Salut grand pédé,

 

mec t’es vraiment un ouf en fait, qu’est-ce tu mets des mots genre « inhérent » et tout dans ta lettre, t’as cru j’étais ta prof de français ou quoi, arrête de pépom mec tu vas avoir mal à la bouche.

 

Tu sais quoi, j’aime bien le délire des films que tu me racontes, moi j’étais plus jackie chan drunken master et tout, parfois je suis tout pété après deux verres de malibu coco et j’essaye de faire pareil mais la dernière fois j’ai déchiré mon survète lacoste bêtement en essayant de faire le grand écart alors maintenant je fais gaffe t’as vu.

 

Comme ça me vénère quand tu fais ton intéressant genre ouais j’ai vu un film et tout, j’ai décidé de voir des films coréens un peu olé olé moi aussi, là j’ai maté Yeong-ja’s Heydays de Kim Ho-seon, trop chaud le film. Ouais j’étais dégoûté y’a pas vraiment de cul dans le film mais vas-y mec l’histoire de la meuf, laisse béton, c’est trop chodard.

 

YJ3

 

La meuf là, Yeong-ja, c’est trop une miskina la pauvre, c’est une meuf ses darons ils vivent dans la zèremi alors elle est obligée d’aller faire le ménage chez des bourges, mais les bourges c’est trop des bâtards avec elle.  Genre leur fils il la taquine, il la kène alors qu’elle veut pas – c’est du viol moi je crois, même s’il met une capote – et genre la daronne du connard là tout le temps elle défend son fils. Franchement ça se fait ape, ça m’a trop vénère t’as vu, j’avais trop envie de lui mettre des baffes à ce bâtard.

 

Ah ouais c’est golri sinon, dans la cuisine des geois-bour y’a un poster de la tour eiffel. Déjà moi je dis, c’est chelou de mettre des posters dans sa cuisine, et après franchement, la tour eiffel c’est bizarre. Mais du coup, tu vois, comme il la kène juste après qu’on ait vu la tour eiffel, je me suis dit obligé c’est un symbole pour la teube ou un truc dans le genre, je sais pas moi, par exemple c’est le pouvoir et tout. Genre les geois-bour ils kiffent Paris et tout.

 

YJ2 

 

Le fils là, je te disais c’est un tarba avec elle, mais Yeong-ja y’a un mec qui la kiffe et qui travaille comme ouvrier dans les chantiers du daron bourgeois. C’est un peu zarbi d’ailleurs, l’ouvrier là, Chang-su, il voit Yeong-ja une fois et ça y est il est complètement croc sur elle – même pas il fait zarma il la calcule pas ou il répond pas à ses textos – nan lui c’est un ouf direct il veut se marier avec elle ; ouah c’est pas sérieux mon gars.

 

Par exemple, à un moment, il est tellement en chien, qu’il court de son taf jusqu’à la maison des geois-bour pour la retrouver. Mon gars c’est trop bizarre, on dirait qu’il court parce qu’il se fait courser par les kissedés. J’ai une prof de latin – ouais je fais du latin, je suis obligé dans mon foyer, vas-y ta gueule – une fois elle nous a montré un film d’un gars, Pasolini. C’était Œdipe roi – lui aussi un malade, il bute son daron et il kène sa daronne, ouallah y’en a ils font des trucs de cheitan – bref dans Œdipe roi et tout, pareil, tu vois Œdipe rien qu’il court mon vieux, tout le temps, on dirait Matuidi mon gars. Il peut pas rôder tranquille, tu le vois courir dans les champs, en ligne droite, en criant, c’est bizarre comme délire. Enfin bref, moi je dis ça, si t’as une solution, je veux bien que tu me la donnes.

 

Bon vas-y, là je raconte trop ma ive pour rien. Donc je te disais, Yeong-ja elle se fait tèje de chez les geoisbours par la daronne, mais comme elle veut pas que sa famille vive dans la zèremi alors mon gars, tu vois, elle se laisse convaincre pour faire la te-pu. Putain trop hardcore la pauvre, franchement la meuf elle est trop sympa, trop jovial, trop intelligente, mais elle est obligée de se prostituer pour que ses ptits reufs puissent s’acheter des airmax. Laisse tomber ouallah, ça me fait mal au cœur.

 

Même il lui arrive un truc de ouf la pauvre. Un jour elle va taffer à son centre de te-pu mais le bus il était blindé mon gars, comme place de clichy des fois t’as vu. Et eux là-bas, trop golri, c’est comme au deublé, s’il y a pas de place dans le bus, le gens ils s’accrochent en pendant un peu à l’extérieur. Comme Yeong-ja elle voulait par arriver en retard, bah elle fait ça t’as vu, mais truc de ouf, à un moment y a un chauffard qui arrive dans l’autre sens et bam accident mon pote, elle a valsé, trop triste ; mais j’avoue j’ai golri un peu – c’est un film hein – parce que tu vois son bras en mode felix baumgartner à l’envers mon gars, rien qu’il s’envole son bras, franchement foutage de gueule du réalisateur trop lol il a craqué le type.

 

yeongya-bis.gif

 

Un jour mon gars, Yeong-ja elle se retrouve en gardav avec ses copines et là elle y retrouve son ancien keum, Chang-su tu sais qui lui aussi était au ste-po. D’ailleurs au passage, trop golri, le commissaire rien qu’il baffe Chang-su et ses potes, ouallah j’ai trop golri on dirait mon daron – j’aime bien ces films-là parce qu’ils se mettent plein de baffes, j’aime bien leur style de baffe. Donc Chang-su à un moment, forcément il voit Yeong-ja et là direct il revient en mode love. Ah ouais, pardon j’avais oublié de te dire, en fait Chang-su il était parti faire son service militaire c’est pour ça il l’avait un peu zappée – putain eux ils ont de la chance de faire le service militaire, vas-y c’est trop flingué la japd mon frère, nous on lit des programmes télé pour se préparer en mode guerre, c’est nawak putain, vas-y lâche moi la kalash que j’arrose tout le monde quoi. 

 

Bon je m’égare, en tout cas les retrouvailles elles sont pas oufs. Lui il veut la sortir de la zèremi mais elle, elle veut pas de la pitié du mec. De toute façon Yeong-ja elle veut la pitié de personne, c’est trop une ghetto soldier mon gars. Déjà Séoul, moi je connais pas, mais le réalisateur ce qu’il te montre, c’est trop la pression. On dirait que les murs sont contre elle, qu’ils veulent la fighter tu vois. Mais Yeong-ja, elle baisse pas les bras, c’est une vraie battante. Moi ouallah quand je la vois je me dis ouais respect pour les sœurs quand même, même si elle fait la prostituée, parce que c’est pas facile – franchement toi, imagine ta daronne elle tapine pour que tu manges des keugrés, t’aurais le seum ou pas ? Moi je sais pas, c’est pas facile, en tout cas j’espère Yeong-ja va devenir une fille hallal et que dieu la guidera dans la bonne voie, et peut-être on sait jamais elle portera le voile inchallah – mais là elle boit trop d’alcool j’avoue.

 

YJ1

 

Bref donc tu vois sa life, la pression, et comment elle fait pour s’en sortir. Je trouve que le réalisateur il raconte bien l’histoire, il fait bien les plans et tout, enfin je crois. Genre il fait des plans serrés, des plans larges et des plans américains, un peu comme si différentes personnes parlaient. T’as rien pigé ? ça métonne pas t’es trop con. J’avoue j’ai trouvé ça sur internet, sur un blog chelou sur le cinéma sud-coréen, vas-y je recopie dis moi ce que t’en penses : 

 

« L’écriture du film alterne entre les passages où les tourtereaux sont ensemble et ceux où ils sont séparés. Assez classique comme procédé, mais très efficace pour mettre en exergue les personnages. C’est plus facile de décrire un personnage dans un pensum solipsiste regroupant des sentences sur un fond immaculé, c’est plus difficile de dévoiler l’essence d’un personnage in situ, au travers des signes qu’il émet.

 

« Pour témoigner des différents niveaux de narration, la scène du viol est très intéressante, parce qu’elle figure un mode d’expression, une synecdoque visuelle, qui aujourd’hui apparaît comme le comble du chic : pour filmer une scène d’amour, on s’attardera, par l’emploi de moults gros plans et poignets dynamiques, sur la main de l’homme qui saisit la cuisse de la femme, la gorge de la femme embrassée par une barbe mal taillée, une main qui attrape violemment un drap. Dans The Constant Gardener c’est classe, dans Yeong-ja’s Heydays c’est pour se prémunir de la censure. 

 

« la narration de Kim Ho-seon est nickel : synecdoque pour l’élan à l’emploi d’une caméra portée, du plan subjectif pour ressentir le drame, un plan américain sur Yeong-ja qui pleure pour saisir le rythme d’une narration neutre et distante. C’est limite hégélien comme mouvement : thèse – l’action du viol –, antithèse – la femme qui refuse –, synthèse – la femme qui pleure, parce que c’est comme ça de toute façon –. Putain elle est triste la vérité que nous promet l’envol de la chouette à la nuit des temps. »

 

YJ5

 

Déjà le mec il s’est trompé je crois, il écrit pensum au lieu de pensée, et après je sais pas pourquoi il parle de corbeau le mec t’as vu. En tous cas bien le blog, il est un peu golri, c’est http://kim-bong-park.over-blog.com. En gros sinon, moi j’ai compris qu’à la fin des années 1970, y’a eu plein de films sur la prostitution en Corée du sud pour attirer les diksa facilement et pour les faire raquer – moi je trouve ça normal t’as vu – et surtout, comme les gens ils pouvaient pas dire ce qu’ils voulaient – ouais un peu comme quand y’avait Ben Ali – et ben les films ils parlaient de cul comme ça ils parlent pas de politique et les gens ils restent obsédés.

 

Bon sinon, juste un dernier truc. Tu vois dans le film, y’a un truc un peu chelou, c’est que souvent pour les dialogues c’est quelqu'un au premier plan qui parle à quelqu'un derrière lui. C’est bizarre quand même non ? Et bah tu vois, hier, je regardais Kaamelot – ouais j’ai pécho tous les divx trop frais – et bah à un moment tu vois le roi Arthur et deux de ses chevaliers sont à la file en train de guetter des ennemis, mais ils se parlent en même temps. Sauf qu’à chaque fois qu’Arthur dit une chose pour s’embrouiller à ses chevaliers, il se remet dans sa première position. Et en fait c’est très bien parce que ça donne un mouvement t’as vu, ça fait pencher l’image vers le plan suivant. C’est un peu l’idée de ces dialogues, le plan est penché vers le spectateur.

 

Ah tiens, c’est marrant d’ailleurs que je parle de Kaamelot, à la fin Yeong-ja elle se marrie avec un unijambiste – ouais lol bête de vanne j’avoue – et bah dans Kaamelot mec, le maître d’arme du roi Arthur, bah c’est un unijambiste aussi, tu te souviens pas ? Si mec, même le roi Arthur il le charrie à un moment et le maître d’armes au lieu de se vénère, il chiale comme une merde.

 

YJ4

 

Enfin bref, en tous cas, ptet que y’avait pas de einsses ou de teucha dans le film, mais bien le délire, j’ai bien aimé. Elle est fraîche Yeong-ja. Ouallah s’il y avait moins de crasseuses dans le reureu et plus de Yeong-ja, ouallah je pense que le monde il irait mieux.

 

Vas-y, a plus espèce de bolosse.

 

 

PS : tu te souviens je t’avais dit la dernière fois, quand j’avais vu le film dégueulasse là (Faceless things) et même je t’avais dit que y’avait un mec il était trop tranquille en train de manger des chips. Et bah je lui ai parlé le mec, lui aussi il est chaud sur les films de boules. Je lui ai dit qu’il pouvait t’écrire au cas où, ptet ça t’intéressera. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Joy Means Sick & Sans Congo - dans Erotique
commenter cet article

commentaires

Sans Congo 19/11/2012 00:43

bof pas à ma connaissance, ou du moins à une échelle aussi importante qu'au Japon. Je sais qu'il y a un truc, mais pas trop érotique (ou plutôt c'est pas sa fonction première), un phénomène assez
récent, les eoljjang, des minettes (ou des mecs d'ailleurs) qui font des concours de beauté sur internet. De toute manière, ma théorie, c'est que tout l'érotisme sudco se trouve dans les clips kpop
de manière sublimée, c'est pour ça que faut sérieusement s'y intéresser, ce qu'on n'arrive toujours pas à faire sur ce blog, à mon grand désespoir :-(
Sinon, faut se palucher devant les films de jang sun-woo pour allier l'intellect à l'étreinte

I.D. 16/11/2012 08:37

Rah p*tain de bonne question Olrik! Vrai ça, y-a-t-il un équivalent du mot "bijin" en coréen... ? Va falloir qu'on creuse la question.

Olrik 16/11/2012 00:49

Oh la crêpe ! J'avais pas fait gaffe au bouton pour les sous-titres ! Du coup je vais y retourner voir un peu (juste un peu, ma maman m'interdit de me coucher après une heure).
Sinon je suis assez curieux de voir ce que va donner cette exploration dans le dargif du cinéma sudco...
Au fait, y'a un équivalent coréen pour le mot "bijin" ?

Sans Congo 15/11/2012 23:40

oué y'en a eu un paquet qui ont été produits à partir des années 70, avec pleins de tétons de toutes sortes, ça a été l'assiette au beurre des producteurs médiocres. Après je m'engagerais pas sur
une effusion aussi créative que chez les voisins japonais ; c'est pour ça qu'on explore, on sait jamais. Le problème c'est qu'ils sont très difficiles à trouver, et quand tu les trouves, laisse
tomber pour les sous-titres.
C'est vrai que ce film c'est de la publicité mensongère, et maintenant que tu le dis, je crois bien qu'il n'y en a pas vraiment de seins (j'ai surtout retenu le bras en moins dans les relations
sexuelles en fait). Juste, la campagnarde qui se fait "souiller" en ville c'est un thème ultra-classique du cinéma sudco, ce film est tout à fait caractéristique du genre.
Mais ne t'inquiète pas mon cher olrik, à venir dans les carnets roses, des prostituées nord-coréennes et une prostituée-fantôme qui fait un carnage parmi des minettes sans culottes en week-end
baisodrome (avec typologie du téton sudco en bonus, promis).
Sinon c'est bizarre pour les sous-titres, tu devrais les avoir dans la vidéo.

Olrik 15/11/2012 20:57

Deux choses qui me turlubitent :
-Y a-t-il eu une manne coréennes de films érotiques dans les 70's comme ce fut le cas au Japon, ou bien le nombre de films de ce genre était-il tellement ridicule que ça ne vaut même pas le coup
d'en parler ?
- Surtout, est qu'il y a dans ces films des plans où l'on voit des nichons (si possible gros) dedans ? Car franchement, je viens de zyeuter rapidos le film en question (ne parlant pas le
kimchisthanais, l'intérêt est plutôt limité et il est possible que j'aie zappé des plans cruciaux), et c'est tout juste si j'ai pas envie de me mater un épisode d'Angélique Marquise des Anges pour
me stimuler le goumi.
Olrik, putain remboursez-moi mon billet bande d'escrocs !