Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 07:59

 cut-copy.jpg

 

Pour cette onzième bouchée de cinéma coréen, on revient sur un met plus classique : Cut, Park Chan-wook millésime 2004, an 1 après Oldboy. Comme toujours avec le maître coréen, le goût est complexe, très travaillé, légèrement corrosif. C'est un morceau servi saignant qui s'accompagnerait volontiers d'un bon verre de vin rouge. On préférera le déguster tard dans la nuit.

 

Quelques infos avant de vous régaler les papilles. Cut est l'un des trois segments du film Three... Extremes, une étude panasiatique sur les frontières de l'horreur. Les deux camarades de jeu de notre maitre à tous se nomment Takashi Miike (The Bird People in China, Ichi the Killer, Audition, DOA, etc) et Fruit Chan (Made in Hong-Kong!!!). Des pointures. En 2002 Kim Jee-woon, Nonze Nimibutr et Peter Chan avaient déjà ouvert la voie avec Trois Histoires de l'au-delà. On remarquera que pour ce genre de match de gala la Corée n'envoie que ses meilleurs représentants. C'est ce qu'on appelle avoir une certaine idée de soi-même.

 

Voici donc un extrait de Cut, l'histoire d'un metteur en scène pris en otage par un acteur raté taré qui se propose de couper un à un les doigts de la femme de son prisonnier. Au fond un type très chaleureux, mais un peu capricieux. Là c'est le tout début du film, on pourrait appeler ça la capture. Mise en scène très propre, exploration quasi-mathématique de l'espace puis, plus tard, un gros plan décadré très rapide sur le visage de Kang Hye-jeong. Le genre de baffe supersonique qui vous réveille pour la journée. Flippant.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kim Bong Park - dans Vidéos
commenter cet article

commentaires