Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 16:53

 

 

En 1995, Jang Sun-woo décide de faire une petite pause. Le réalisateur du classique A Petal et du torride Fantasmes, prend alors sa caméra pour aller interviewer quelques-uns des noms illustres de ce que l'on commence alors à nommer en France la "nouvelle vague coréenne". Dans le contingent, on rencontre notamment Im Kwon-taek, Chung Ji-young, Park Kwang-su, et Yeo Kyun-dong. Le film prend aussi les avis de la jeunesse d'alors à propos du cinéma coréen. 

 

Le résultat donne un petit documentaire sympa, avec des extraits intéressants de certains des films les plus importants de l'époque. Ce n'est absolument pas une étude magistrale sur le cinéma coréen mais plutôt un témoignage esquissé des motifs de ce cinéma durant les années 1980 et 1990.  La fin du film ressemble à une sorte de filmographie visuelle plutôt bien réussie.

 

Voici une interview complète du monsieur pour en connaître plus sur lui : cliquez ici.

 

Et le documentaire :

 

Partie 1 :

 

 

 

Partie 2 :

 

 

 

Partie 3 :

 

 

 

Partie 4 :

 

 

 

Partie 5 :

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kim Bong Park - dans Documentaire
commenter cet article

commentaires

Epikt 07/08/2010 10:36


No problem, vous avez juste eu le malheur de vous frotter à un de mes réals fétiches et à ma maniaquerie :D

Pour la nouvelle vague, je ne suis pas très académique non plus, mais assez strict quand même, j'ai tendance à réserver l'appellation aux cinéastes ayant émergé à la faveur des dérégularisations de
l'industrie, cad en 88, voire en 93 (même si bon nombre ont été assistants avant, et/ou ont fait des films "underground").
S'ils ont pu prendre le train en route il n'y a pas de raison de rassembler sur cette bannière des cinéastes ayant alors 10 ans ou plus de métier, même quand, comme Lee Chang-Oh, leurs films ont
été revendiqués comme influence par la jeune génération.


Kim Bong Park 06/08/2010 17:07


Salut Epikt, merci pour tes précisions !
J'ai été un peu vite dans la rédaction de la note sans prendre le temps de me relire.
Pour Petal et Fantasmes, je n'ai pas dit qu'ils ont été réalisés avant le documentaire, même si c'est vrai que la tournure de la phrase prête à confusion. De même quand je dis "pause", je parle pas
de la motivation supposée du réalisateur. C'est plutôt une manière de dire qu'on se défoule a priori moins en faisant des interviews qu'en réalisant un long-métrage. Mais encore une fois, le terme
est confus.

Bon et pour le regroupement générique sous le terme de "nouvelle vague", j'avoue c'était un strike rapide manquant de rigueur. Pour Im Kwon-taek c'est H.S, mais pour Chung Ji-yung il me semble que
Partisans du Sud peut s'inscrire un peu dans le délire (attention: nous n'avons aucune prétention académique).

Du coup, j'ai enlevé la barre des liens externes pour faire pénitence. Merci d'avoir lâché le couperet assez vite, on sera plus vigilant à l'avenir.

Au passage, ton site est vraiment sympa (design + contenu).

Amen.


Epikt 06/08/2010 12:17


HS (j'ouvre un nouveau commentaire pour que vous puissiez le supprimer) : dans l'administration de votre blog, pourriez-vous vous rendre dans "configurer", cliquer sur le petit marteau de la barre
Over-blog et cocher la case "désactiver la barre sur les liens externes" ? C'est extrêmement désagréable. Merci !


Epikt 06/08/2010 12:16


Attention aux approximations les gars !
1/ En 1995 Jang Sun-Woo n'était pas encore réal de 'Petal' (1996, c'était en court) et encore moins de 'Fantasmes' (1999). Je n'ai pas non plus l'impression qu'il fasse une pause, il poursuit son
rythme de un film tous les ans ou deux.
2/ Les cinéastes présentés ne sont pour la plupart pas des représentants de la "nouvelle vague" (qui commence en 87/88) : Im Kwon-Taek fait des films depuis what-mille ans, Kim Dong-Oh depuis 70,
Chung Ji-Yung depuis les 80s. Par contre, Park Kwang-Su est emblématique de la nouvelle vague et Yeo Kyun-Dong doit pouvoir être rangé dedans même s'il vient avec quelques années de retard.

Sinon, pour compléter, ce film est une commande pour la télé du British Film Institute et fait partie d'une série intitulée "The Century of Cinema" (incluant entre autres '100 ans de cinéma
japonais de Oshima et '2*50 ans de cinéma français' de Godard).
> http://ftvdb.bfi.org.uk/sift/series/24573

Je savais pas qu'il était dispo sur Youtube, c'est beau la technologie.