Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 16:46

 

Petit résumé freestyle, partial et partiel, d'un bloc.

 

yoon_sung_hyun_2011_a_p.jpg

 

Enfant Yoon Sung-hyun était souvent seul et tapait dans la vidéothèque de maman et maman aimait bien les films d'art et d'essais, pas de pot, parce que lui, ce qu'il cherchait derrière ces noms mystérieux (Rome ville ouverte, Les 400 coups), c'était sa dose d'érotisme. Ca parlera à certains. En tout cas il habitait aux USA et ça, ça a fait la diff' : ce genre de films étaient introuvables en Corée dans les années 80s. Il a fait ses études à la USC, apparemment réputée pour sa section ciné, et ne s'intéressait à l'époque qu'à la forme : les images, les sons, le rythme. Résultat, un premier court métrage dans un style MTV auquel on reproche le manque d’épaisseur des personnages. Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd de 21 ans : il prend 5 ans avant de pondre Boys, son deuxième court. Son questionnement est passé de « qu'est ce qu'un film ? » à « qu'est ce que les hommes ? », parcours classique mais efficace, qui aboutit pour lui à une nouvelle définition du cinéma : « une narration à travers un espace ». Tant au niveau de la préparation que de la production, Boys fût une petite galère, ils ont même dû gratter le soutien d'une compagnie de tabac, parce qu'il y avait beaucoup de scènes où des ados fumaient. On doit quand bien se marrer au département marketing de Marlboro. Face à des acteurs amateurs et manquant de technique, Yoon Sung-hyun a rusé, usant d'une approche proche du documentaire tout en restant scrupuleux vis à vis des dialogues. « Si tu ne te sens pas de pleurer alors ne pleure pas, mais par contre tu dis ce que j'ai écrit ». Depuis, il laisse quand même une grande place à l'impro dans tous ses films. Pour lui le jeu d'acteur doit plus être « une réaction qu'une action » ; et ce qui doit être l’objet d’attention, ce n'est pas comment un acteur s'exprime, mais plutôt comment il écoute. Tiens un concept intéressant, on note. Début de la success story, Boys lui permet de se faire une petite réput', il ramasse quelques prix en festival et propulse YSH à la KAFA, prestigieuse école de cinoche sudco, un peu façon Femis avec moins de sections (réalisateur, producteur et chef opérateur) et plus de films sortis en salle au final. Le court métrage suivant né d'un épisode plus fulgurant, il se fait virer d'un tournage et en 2 jours rebondit pour lancer un projet, le type est vivace. Chaque année la KAFA produit 3 films, YSH a la chance d'être sélectionné et se retrouve à taffer sur Bleak Night entouré de pros et de deux camarades, un chef op' et un producteur. Stylé. Si les courts métrages relèvent de la poésie, alors les longs sont une question de narration et alors qu'il se lance pour la première fois dans le grand bain, il sent qu'il commence à trouver son style. Du coup, ça roule. Le gars est en confiance, il place sa rencontre avec Bong Joon-ho et nous rapporte une anecdote à propos de Shoshei Imamura qui interrompait souvent ses cours pour exhorter ses élèves à sortir et à avoir des relations sexuelles, à vivre passionnément (ndlr : Et Kitano qui se demandait comment Shoshei pouvait filmer des scènes de sexes de manières aussi cru...). En fait, à ce moment là de l'interview, il expliquait ce qu'il faisait entre son premier et son second court-métrage. Ah oui, il lisait aussi Berserk, « manga japonais ultra violent qui n'a rien à voir avec Bleak Night » selon le présentateur, et d'ailleurs c'est plus vers ce genre de chose qu'il va tendre par la suite : des personnages extraordinaires qui montrent le réel à travers l'irréel alors que Bleak Night est plutôt un reflet du réel. Un peu plus de violence et de discours indirect promis pour la suite donc, on peut partir confiants, même en plein interview, il s'agit de bouffer tranquilou avant Alien Bikini.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Joy Means Sick & Sans Congo - dans Festivals - Actu - ITW
commenter cet article

commentaires

Sans Congo 17/10/2011 16:31


non je n'ai pas fait gaffe, mais le fan club a investi en masse facebook en tout cas !
pas sûr qu'il aurait fait autant l'unanimité avec la photo que JMS a prise pour ce compte-rendu


I.D. 17/10/2011 16:28


Déconne pas Sans Congo, je le kiffe ve-gra ce gosse-beau de ouf. M'en vais voir ça sur FB tiens ! (il me semble que j'avais lâche un truc du genre) Ça nous change de Hyène Pine. D'ailleurs, si tu
te souviens il avait son fan club tout devant sur la gauche (dans la salle).


Sans Congo 17/10/2011 14:44


il avait déjà repéré les waters le bougre;
hier sur le page FB du Festival il y avait une série de commentaires assez hallucinante sous une des photos du bonhomme genre "ouahhh c'est qui ce bogosse" ; " ouahhh jsuis trop in luv je me sens
humide" ; etc.


I.D. 17/10/2011 13:26


Dommage parce que vous avez loupé sa "sortie". Il répond à un question en mode super long puis se lève d'un seul homme tout seul et fonce droit vers les toilettes pour s'y engouffrer. Un timing de
fou puisque lorsqu'il revient, l'interprète vient de terminer d'interpréter. Il se pose, on se dit tous au revoir en applaudissant. Hourra ! Bravo ! On t'aime crient les filles, s*laud ! cri Tred
et puis il s'en va, loin, vers l'horizon rêvant de film à la Tim Burton et ça, ça fait franchement flipper !