Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 09:05

Le Festival Franco-Coréen du film approche à grands pas soulevant derrière lui une épaisse trainée de poussière que l'on aperçoit déjà à l'horizon. En première ligne, 12 longs métrages qui bombent les muscles, se refont une beauté et révisent une dernière fois leurs classiques. Revue d'effectif avant la compétition et ses comptes rendus. Une seule petite ombre au tableau, nos éclaireurs sont revenus bourrés de leurs missions, d'où propos confus et manichéens. Dans un soucis de clarté nous vous proposons donc aussi le lien vers le site du FFCF (auquel vous pouvez accéder en cliquant ICI)

 

A Light Sleep, Yim Seong-chan, 2008, 93 min.

 

a-light-sleep.jpg

 

Mercredi 10 novembre à 15h

Vendredi 12 novembre à 21h

 

Quelques infos :

- C'est le premier film de Yim Seung-chan

- Vous pouvez retrouver l'acteur Yoon Chan dans Friend et Natural City dont on a déjà touché deux mots auparavant.

 

"Bon alors, en gros c'est l'histoire d'une meuf qui n'a pas potes, plus de parents et une petite soeur à charge. Rémi sans famille version coréenne et féminine, apparemment Hector Malot ça leur parle en Asie (ndlr : a priori ceci n'a rien à voir avec le film en question). Mouais, en tout cas je préssens une forte tendance à la romance et là j'ai plus besoin d'eau de vie que d'eau rose alors... (on lui apporta de l'eau tout court, ou plutôt on lui tendit à bout de bras tant l'homme puait un mélange de soju et de transpiration). Bref, je dis ça parce que forcément y a un puceau qui va se ramener et chambouler l'équilibre précaire de la petite... et moi je les connais les teenagers, déjà qu'ils ne sont pas solides sur leurs appuis alors si en plus on leur retire leurs parents, ça se met à tourner avec tous les vents. Mais bon y a quand même du potentiel, faut se méfier de la bête. Je vois deux atouts intéressants dans son jeu : 1/ Miss Pas de Pot est en plus insomniaque, ce qui pourrait se traduire par une fatigue continue et une réalité distordue, un truc qui m'intéresse quoi - 2/ il se dit que le concepteur (le réalisateur hein) aurait décidé de nous la montrer uniquement comme elle voudrait que les autres la perçoivent et donc pas comme il la voit en vrai ! Tindin ! c'est pas mal ça, c'est une expérience qui peut valoir le coup d'oeil, ne serait ce que pour savoir si ça peut marcher ce genre de pari".

 

TRAILER : bien coréen celui qui pourra comprendre, certaines images sont assez jolies, la musique un peu facile.

 

 

-
----------------------------------
-
Before the full Moon, Seo Seh-chin, 2009, 77 min.
.
before-the-full-moon.jpg
.
Mercredi 10 novembre, 17h.
Dimanche 14 novembre à 18h.
.
Quelques infos:
- le réalisteur est (était?) un journaliste plutôt de gauche (on s'en serait douté) donc si t'as ta carte des jeunesses de l'UMP tes cheveux risquent de se dresser sur ta tête. En même temps, sérieux, la raie au milieu ça t'allait pas.
- un petit article sur la grève sur le site de l'OCL. Là encore c'est forcément orienté mais au moins c'est assez complet : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?breve165
.
 "Alors là attention, faut se méfier de lui, ça sent le syndicaliste acharné, organisé, façon docker new-yorkais des années 1950. Seo Seh-chin est allé filmer les 15 dernières jours de la grève des ouvriers de Ssangyong Motors l'été dernier, sûrement un plan vacances qui a mal tourné. Toujours est-il qu'apparement la grève en question a fait du bruit et possède un petit potentiel dramatique intéressant (le malheur des uns...). L'usine a été occupée pendant 77 jours et comme les coréens ont un certain sens du spectacle ils ont fait les choses bien : le lieu a été encerclé de manière quasi continue et certains indices laissent à penser qu'il y aurait eu de la tape. On le sait, faut pas laisser des outils trainer à côté d'un coréen enervé. Du coup on se retrouve avec 3 bonnes raisons d'aller voir le film : 1/ c'est court (et ouais ça compte aussi en semaine de festival) - 2/ c'est l'occasion d'avoir un point de vue différent sur la vie en Corée (sans être la réalité pour autant, un documentaire ça se veut quand même plus réaliste qu'une fiction) - 3/ "l'histoire tragique et sanglante d'une usine en grève encerclée par une meute de policiers" ça aurait quand même fait un pitch sympa pour un film de Ryo Seung-wan"
.
.
.
Earth's Women, Kwon Woo-jung, 2010, 95 min.
.
earth-women.jpg
.
TRAILER
.

 
.
.
Jeudi 11 novembre à 15h30
Lundi 15 novembre à 19h10
.
"Alors là mes salauds, c'est pas de la bassse cotte. Petite mèche sur le côté, regard perdu, elle franchement mignonne la petite Woo-jung... Euh... ah oui le film ! Pardon. Ben c'est un docu sur des étudiantes hantées par un rêve vert qui décident de partir vivre à la campagne et de devenir "paysannes". Une sorte de nostalgie transgénérationnelle sûrement, toujours est-il qu'évidemment ce genre d'enthousiasme idéaliste étudiant plein d'hormones et de poésie bucolique tourne généralement au vinaigre et j'ai bien l'impression que c'est le genre de déception qui peut être pas mal cinégénique. Surtout que les trois femmes qu'elle a décidé de suivre n'ont pas l'air de vouloir se laisser faire et s'appliquent  à ajouter du sucre dans leur vinaigrette. En plus elle n'en est pas à son coup d'essai la gamine, elle a déjà réalisé quelques docus sur la communauté rurale. Et puis elle a remporté le grand prix du festival du film indépendant de Séoul."
.
Elbow Room, Ham Kyoung-rock, 2009, 104 min.
.
Elbowroom-Korean-movie.jpg
.
Samedi 13 novembre à 19h10
Lundi 15 novembre à 17h20
.
Quelques infos :
- l'actrice principale est une véritable handicapée, d'ailleurs elle a décidé de ne plus jamais jouer dans un film tellement l'expérience fût difficile pour elle.
.
"Déjà, le mec s'appelle "rock", donc respect aux parents. Et puis enfin un film à l'univers ouvertement sombre, voire bien glauque. En ce qui concerne l'histoire, ça se passe dans un asile où dans les couloirs rodent violences physiques et sexuelles. Ensuite, une histoire d'amour se développe dans l'ombre entre deux handicapés, un zest de bonheur dans cet enfer, des contrastes extrêmes. Et forcément, le noeud dramatique : mademoiselle tombe enceinte. Alors forcément quand on ne maitrise pas les rudiments de la contraception, cacher un gosse ça s'annonce compliqué. Le couple se fait griller, une assistante bénévole soupçonne un viol (ah ces préjugés sur les handicapés !) et une enquête commence dans l'établissement...  Sinon il parait que Rock a décidé de tourner tout son film sous l'unique point de vue de Soo-hee, je crois bien que ça peut-être intéressant, au niveau du hors champ et du son notamment. De là à me demander si les scènes de sexe sont tournées en POV (point of view), c'est vraiment dégueulasse ! PS: Au sujet de Rock :  "C’est un artiste multicarte qui est capable de scénariser, réaliser, et filmer des scènes" Popopop !"
.
.
My Dear Ennemy, Lee Yoon-ki, 2008, 123 min.
.
my-dear-enemy.jpg
.
Mercredi 10 novembre à 21h
Samedi 13 novembre à 20h
.
Quelques infos:
- On a récemment pu voir Jeon Do-yeon dans The Housemaid de Im Sang-soo, elle a aussi reçu le prix d'interprétation féminine à Cannes pour Secret Sunshine.
- Ha Jeong-woo, ça ne vous dit peut-être rien, mais si on vous dit "le ouf dans The Chaser", tout de suite vous avez les pupilles qui brillent nan?
- La filmographie de Lee Yoon-ki, on peut voir que c'est un habitué du genre rien qu'aux titres : Breakfast at Tiffany's, My Dear Enemy, Ad-Lib Night, Love Talk, This Charming Girl (Riri, Fifi et Loulou version romantique en gros)
.
"Je crois que c'est un road trip qui ne va pas très loin, c'est à dire qu'on pousse au mieux jusqu'aux portes de Séoul. Et pourquoi me direz-vous? Et bien parce Hee-soo, "une trentenaire sans emploi", a décidé de remettre la main sur son ex , Byoun-woonqui lui doit de la maille. Et ouais en période de vache maigre, il ne fait pas bon avoir des dettes. Mais comme Byoung-woon est sec comme une chips déshydratée, il se tourne à son tour vers des copines qui seraient prêtes à le dépanner. Hee-soo sent le coup foireux : "Ouah trop cool de te revoir ! L'argent . Oui bien sûr, je suis fauché mais j'ai des copines qui vont m'aider". Mouais, elle décide de lui coller aux basques et ils s'engagent tous les deux dans les rues de Séoul. A tous les coups, sur la route de l'or, ils vont tomber sur Miss Nostalgie et Mac Amour... Ouais bon je sais tout ça on s'en tape, le plus important c'est qu'il y a une affiche grand cru : le psycho de The Chaser, Ha Jeong-woo, et une actrice palmée : Jeon Do-yeon !!!"
.
TRAILER
.

 


 
.
.
Oishi Man, Kim Jeong-jun, 2009, 93 min.
.
oishi-man.jpg
.
Vendredi 12 novembre à 17h
Lundi 15 novembre à 15h30
.
"Hahaha ! un film sur un ex-rocker coréen qui se retrouve prof de chant pour femmes au foyer, des barres ! Y a finalement une justice dans ce monde. En plus le type en question est incapable de tchacher l'élève dont il secrètement épris (ou peut-être qu'il n'ose pas parce que c'est son élève, je travaille à l'aveuglette moi hein). Du coup, le lâche se tire au Japon, à Hokkaido. Sur la route il rencontre une excentrique (ben oui c'est un rocker le type) qui tient une pension dans laquelle il va atterrir... Moi je dis pourquoi pas, mais faut aimer le rock coréen et les romances. "Une expérience unique" selon Gilles Collot".
.
TRAILER
.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kim Bong Park - dans Festivals - Actu - ITW
commenter cet article

commentaires