Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 18:28

A Million, Jo Min-ho, 2009

 

fullsizephoto91314

 

Ca commence comme un film de Sergio Leone, un 4x4 blanc en plus. On est dans le désert australien, un homme sort de la voiture, tout de noir vêtu. Il s’éloigne. Plan très large, paysage magnifique, couleurs bien saturées.  Du grand ensemble au très gros plan, l’homme, de dos, se colle un flingue sur la tempe, hésite. On est tombé sur ce film par hasard il y a quelques mois et on peut dire que l’accroche a bien rempli son office. Depuis on se le garde sous le coude, on a mis du temps a passé à l’acte et ça s’explique. Très rapidement on est projeté deux ans plus tard. Vers la civilisation et une mise en scène bien plus excitée, bien trop connue. Une femme est dans une ambulance, deux policiers l’interrogent, apparemment elle faisait partie des participants à un jeu qui a mal tourné. Et là, catastrophe : un générique qui nous présente tous les candidats rapidement, au moment où ils apprennent qu’ils ont été sélectionnés pour un jeu de téléréalité sur internet où ils peuvent gagner un million de dollars (un milliard de wons). Catastrophe parce que ce générique fait atrocement penser au spot « télécharger c’est du vol » et sa musique insupportable qui pollue les dvds achetés légalement. Voilà sûrement pourquoi on a attendu si longtemps pour regarder ce film comme des malfrats sur Youtube et cette fois on est revenus en spectateurs avertis. On va commencer par les mauvais points mais autant annoncer la conclusion tout de suite : c’est très sympa.

 

LE FILM sur Youtube :

  

 


 

Juste avant A Million (à 23h30 sur youtube) passait sur Canal un film calibré pour les fêtes, grand succès au box-office : Le Concert. A Million, c’est l’opposé. Le Concert, c’est la « beauté » classique, la musique classique, le guide du parfait petit scenario plein de bons sentiments, un film sûrement sincère mais calibré, touchant mais standard. C’est aussi les pires scènes de « retenez moi je vais faire un malheur » mais c’est surtout c’est Tchaïkovski. Et là forcément… Le générique final de A Million se déroule quant à lui sur un air de rap coréen, un choix beaucoup moins facile mais assez jouissif après près de deux heures de mauvaises musiques et d’effets clips (montages en musique) dignes de D&Co ou Master Chef. La musique, c’était le point fort du Concert, c’est le point faible de A Million. Niveau scenario, on vise l’efficacité avec pour modèles affichés les séries US. On pense à Lost mais aussi à Koh-Lanta et à Battle Royal. A la fin on singe même Oldboy, c’est con de prendre un carton rouge à 5 minutes de la fin du match. Vengeance, manipulation, musique classique, face à face final... le tout sans la grandiloquence et la maestria de PCW. C’est noël donc on ne donnera pas d’amende pour cette fois mais tu vas frotter les chiottes pendant quelques temps Jo Min-ho.

 

 A Million korean movie 1

 

 

Une chose est de plus en plus certaine, la relation Corée Etats-Unis au cinéma c’est une affaire qui marche. A Million aurait très bien pu être écrit par les scénaristes de Lost, à la différence près que cette fois ci on va vers une vraie fin, elle est d’ailleurs annoncée dès le début, dans l’ambulance : on sait que cette fille ne va pas mourir. Cette fille, c’est un peu le Jack de l’affaire, toujours à vouloir sauver les autres, innocente jusqu’au bout, fade. Y a bien un petit twist mais franchement rien de bien méchant. L’adolescente sage, si ça existe encore, va pouvoir s’identifier. Après l’ambulance et le générique, on retrouve nos huit candidats à l’aéroport. Il monte dans une caravane qui les emmène dans le lieu où se déroulera le jeu. On n’en sait pas vraiment plus si ce n’est que c’est très loin et dans une « restricted area ». Denis Brogniart le « director » profite du repas pour leur toucher deux mots des futures épreuves : une par jour, un éliminé par jour.

 

 

A Million korean movie 2

 

 

Première épreuve, c’est Koh-Lanta tout craché : faire deux équipes, construire un radeau, aller chercher un drapeau. Même le montage de l’épreuve fait penser aux Lantanaï et aux Korok de TF1 : les jaunes sont devant, on est sûrs qu’ils vont gagner mais… catastrophe, machine tombe à l’eau et les rouges l’emportent ! Il ne manque plus que la douce voix de Denis. Sauf que là, surprise, pas d’immunité et conseil direct. Tout le monde peut voter, tout le monde peut être éliminé. Prend ça dans ta face l’analyste financier, c’est pas un métier qui paie au cinéma. Le lendemain, seconde épreuve, premier cadavre, les participants découvrent qu’il n’y a pas que l’argent en jeu et ça devient sympa. Le soir même ils se barrent et s’aperçoivent qu’ils sont entourés par un immense désert. Le director a toujours un coup d’avance, c’est bien connu. 

 

 A Million korean movie 7

 

 

La force du film, c’est de s’appuyer sur les codes de la télé qu’elle imite et pastiche. Rythme soutenu, quand on regarde le film sur youtube, il arrive fréquemment que la fin d’une vidéo correspondent à peu près à ce qui aurait pu être une fin d’épisode de série, tout en « suspens ». De beaux paysages aussi, très hémisphère sud, qui donnent des envies de vacances et de million de dollars quand on plafonne au zéro Celsius en France. Ce n’est sûrement pas un chef d’œuvre mais c’est efficace et, à quelques exceptions, plutôt bien écrit et filmé. Qui dit manipulation dit théorie des jeux et comme à chaque fois la bougresse se fait malmener quand elle est confrontée à la réalité (en même temps on en ferait pas des thèses de doctorat si c’était si simple). L’être humain n’est pas raisonnable, le méchant n’a beau avoir qu’une arbalète pour 6 participants, reste qu’il peut toujours en tuer un avant qu’on ne lui saute dessus, donc on le laisse filer et on prend le risque de tous mourir plus tard. En matière de carreaux d’arbalètes, un tien ne vaut pas mieux que deux tu l’auras.

 

 A Million korean movie 5

 

 

S’en suivent des trekkings sur des dunes géantes, des épreuves de canoës, des dissensions chez les participants, de l’amour et des pleurs… Bref ce qui dans la réalité aurait été une émission de télé-réalité sympa mais cruelle donne un bon divertissement comme on peut les aimer en période de révision digestion des fêtes de Noël. A regarder au chaud sous la couette.

 

 

 A Million korean movie 9

 

 

Pour finir, un petit tour d’horizon des candidats et du casting qu’on nous dit « 3 étoiles » :

 

- Park Hee-sun (argh, Hansel et Gretel) : Denis Brogniart en mode vicelard, amateur d’arbalète. « The Director », le grand méchant.

 

- Park Hae-il (Memories of Murder, The Host) : Han Gin-tae, réalisateur de documentaire qui ne va nulle part sans sa petite caméra numérique, le sage de la bande, pas très intéressant, jusqu’au moment des révélations finales.

 

- Shin Min-ha (A Bittersweet Life et surtout beaucoup de dramas) : Jo-Yun-jin, celle que l’on voit dans l’ambulance au début et qui nous raconte l’histoire depuis son lit d’hôpital par la suite, pas vraiment super funky. Ah oui et apparemment elle (son personnage hein) faisait de l’interim avant de participer au jeu, excitante jusqu’au bout la grognasse.

 

- Lee Min-ki (Haeundae, Oishii Man et surtout beaucoup de dramas), ancien marine et jeune loup de la bande, peut-être le personnage le plus intéressant. Malheureusement il dérape sur la fin et devient très cliché.

 

- Go Eun-A, la bimbo (« elle a un frère, Mir, qui est le rappeur du groupe MBLAQ » : http://www.nautiljon.com/people/mir+-mblaq.html :  LOOOOOL !).

- Jeung Yu-mi (A Bittersweet Life, Oishii Man, The Room Nearby), étudiante en droit, compétitrice dans l’âme, la femme forte.

 

- Jeong Seok-yong (The City of Violence, Le Roi et le Clown), le cameraman, pas mal du tout comme personnage et puis c’est bien aussi de voir des plus de 35 ans parfois.

 

- Lee Cheon-Hee (acteur et mannequin, Une Femme coréenne et surtout beaucoup de dramas), analyste financier, se fait buter tout de suite (oups !).

 

- Yu Na-mi (qui fait de la natation synchronisée) nageuse de compétition dont la principale caractéristique est d’être tout sauf une compétitrice. Voilà.

 

- Kim Hak-seon (The Host, certainement un mec qui meurt rapidement) : un diabétique asocial et boulimique, caricatural mais sympatoche.

 

  

A Million korean movie 6

 

 

BONUS

 

 

On vous présente un petit site qui recèle de renseignements inutiles comme les universités où ont étudiés les acteurs, leur taille, leur poids et leur groupe sanguin :

 http://www.nautiljon.com/asian_movies/a+million.html

  

La page wikipedia de koh lanta, pour mieux connaitre toutes les règles du jeu, le poids de riz exact qu'on leur donne et surtout tous les noms des tribus depuis le début (oui tout le monde s'en fout mais c'est les vacances et dans un trivial poursuit special télé fait en famille dans un moment de désespoir ça peut permettre de briller).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Koh-Lanta

 

 

Et puis le lien est tout trouvé, Moundir l'aventurier de l'amour :

 

 


 

 

Et le bonus des bonus, puisque c'est la période, le bêtisier du foot 2010 :

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kim Bong Park - dans Thriller
commenter cet article

commentaires